Origami : tutos, idées et modèles pour s’initier à l’art du pliage du papier

Vous cherchez à vous initier à l’art de l’origami mais vous ne savez pas par où commencer ? Alors vous êtes au bon endroit. Sur cette page, je vous propose de découvrir mes différents tutos en vidéos, idées et modèles d’origami pour vous initier à l’art ancestral du pliage du papier. Faites chauffer vos 10 petits doigts et une très belle découverte à vous ! 🥰

Parcourir les catégories de tutos

Les derniers tutos origami

Envie de vous mettre à l’origami ?

Je vous propose de découvrir ma sélection de feuilles d’origami (et autres fournitures utiles) pour vous mettre à l’art du pliage japonais. Ca se passe en cliquant sur le bouton juste en dessous !

Un peu d’histoire

Après l’invention du papier au IIe siècle, l’origami trouve son origine en Chine au VIe siècle. En Chine, on lui donne à l’époque le nom de zhézhǐ (折紙/折纸). Il aurait été importé au Japon par des moines bouddhistes. La petite histoire raconte que la Chine avait interdit à quiconque de faire sortir la recette du papier du pays. Un moine bouddhiste se serait retrouvé capturé par des pirates japonais à cette période puis aurait été contraint de donner la recette de la fabrication du papier pour sauver sa vie.

Photo : Domaine Public

Arrivé au Japon, le papier et son usage dans le bouddhisme, notamment à travers l’art du pliage, a continué de se perfectionner. C’est à ce moment que la technique de pliage prend son nom moderne : origami (折り紙), de oru, « plier », et kami, « papier », transformé en « gami » de par les règles de la langue japonaise. L’origami s’est développé au fil des années jusqu’à devenir, au XIIIe siècle, un art particulièrement prisé dans les rituels bouddhistes. Les modèles de l’époque sont plutôt abstraits et servent principalement à l’occasion de rituels. Puis peu à peu, ces modèles commencent à devenir de plus en plus figuratifs, représentant des animaux (dont notamment la fameuse « grue » devenue le symbole de cette pratique séculaire), des objets ou des personnages de la culture sacrée ou populaire.

À la fin de l’ère Edo au XIXe siècle, le Japon s’ouvre au monde et les échanges économiques et culturels s’intensifient entre le pays du soleil levant et l’occident. C’est à cette période que l’origami quitte les frontières du Japon pour s’exporter à l’international. Les pliages impressionnent les Occidentaux qui commencent à se passionner, à travers le monde, pour cet art ancestral. On s’émerveille, on l’admire, on s’en inspire même dans le cadre éducatif pour apporter des notions de base de géométrie élémentaire.

Le solfège de l’origami

Au XXe siècle, l’art de l’origami commence à se codifier, notamment grâce aux travaux d’Akira Yoshizawa, Samuel Randlett et Robert Hardin. Le fruit de leurs travaux donne naissance au « solfège de l’origami », un code graphique permettant aux origamistes de reproduire et diffuser leurs modèles au plus grand nombre.

Akira Yoshizawa
Photo : Domaine Public

On y retrouve notamment les dénominations suivantes pour les plis : le « pli vallée », le « pli montagne », le « pli en zig-zag » (ou crimp), le « pli renversé » (intérieur ou extérieur) ou bien encore le « pinch » et bien d’autres.

Ce solfège de l’origami, que l’on appelle aussi « système Yoshizawa-Randlett », est à la base de l’art du pliage moderne et aussi de toutes les évolutions plus ou moins récentes comme l’origami 3D, le « pliage humide » (ou wet folding), le papier « contrecollé » (ou papier sandwich).

Les bases en origami

Si vous commencez à vous intéresser à l’origami et à sa pratique, vous vous apercevrez bien vite que de nombreux modèles commencent par les mêmes successions de plis. Ce sont les fameuses « bases » en origami. On y retrouve notamment la base de la bombe à eau, la base du poisson, la base de l’oiseau, du moulin, de la grenouille, du cerf-volant et bien d’autres encore.

L’art du pliage et ses nombreux bienfaits

Si vous hésitez encore à vous mettre à l’art du pliage, je vous propose de faire un tour d’horizon des nombreux bienfaits de cette activité facile, qui ne nécessite pas de matériel particulier (bon, d’accord, il vous faut quand même une feuille de papier), qu’on peut pratiquer partout, n’importe quand et qui est accessible à toutes et à tous, que ce soit pour les plus jeunes, comme pour les plus âgés.

Tout d’abord, l’origami dispose de nombreux bienfaits éducatifs. En effet, dès le XIXe siècle, le pédagogue Friedrich Fröbel, surnommé le « maître germanique de l’éducation de la petite enfance », s’intéresse à la pratique de l’origami pour l’apprentissage des formes, de la géométrie, des couleurs et même des mathématiques auprès des enfants.

Néanmoins, la pratique de l’origami n’est pour autant pas destinée uniquement aux enfants et les adultes aussi peuvent y trouver de nombreux avantages. L’origami permet de développer sa concentration, sa conscience spatiale, son imagination (certains modèles étant plus ou moins figuratifs), sa motricité fine (pour la réalisation de pliages parfois plus compliqués que d’autres), sa mémoire (pour se souvenir des différents modèles) et même sa conscience multiculturelle, s’agissant d’un art importé d’Asie.

Photo : furkanfdemir / Pexels

Pour le psychologue australien Darryl Cross, l’origami permettrait même d’atteindre un état de « pleine conscience » comme à travers la pratique de la méditation. De fait, l’origami est une pratique qui permettrait de combattre aussi le stress et la dépression. Samuel Tsang, auteur de « The Book of Mindful Origami » explique :

« Chaque jour, des millions d’entre nous sont assis devant un écran d’ordinateur en train de tapoter sur un clavier et ne créent rien de réel. Entreprendre un projet d’origami est une chance de faire preuve de créativité et de rendre cette création tangible; transformer un morceau de papier en une sculpture 3D est un voyage méditatif qui nous insuffle un sentiment de fierté, de compétence et d’accomplissement. Au fur et à mesure que nous ralentissons et commençons à plier le papier, qui est si joliment tactile, nous commençons à déplier notre esprit. Les soucis et les ennuis s’envolent alors que nous commençons à suivre les instructions, entièrement concentré sur la tâche à accomplir, capable de contempler consciencieusement nos intentions, nos espoirs et nos rêves. »

Samuel Tsang

Et pour conclure sur les nombreux bienfaits de l’origami, j’aimerais vous parler de la légende des 1 000 grues (senbazuru en japonais). Cette légende originaire du Japon raconte que, si vous pliez mille grues en papier sur une année et que vous les accrochez ensemble par un lien, alors vous verrez votre vœu exaucé.

Bon, alors… Envie de vous y mettre avec moi ? Alors, comme je le disais au début de cette page : vous êtes au bon endroit !

Sources